FAQ

Foire aux questions

Questions fréquentes

Salariés

Non, le contenu du dossier médical des salariés est confidentiel !
Les professionnels du service médical du CISTC sont soumis au secret médical.

L’auscultation n’est pas systématique en santé au travail. Il s’agit surtout d’un entretien avec le professionnel de santé qui reçoit. Le but est de connaître chaque situation de travail et de s’assurer qu’elle est compatible avec l’état de santé du salarié.

 

Oui, mais tout dépend de la visite. Le salarié peut faire la demande d’une visite de Pré reprise après un arrêt supérieur à 3 mois. Il peut également faire une demande de visite ponctuelle s’il en ressent le besoin.

Cependant il ne peut faire la demande d’une visite d’embauche ou d’une visite de reprise (arrêt > 30 jours, congé maternité) qui sont uniquement des visites à l’initiative de l’employeur.

Oui. Un salarié ne peut pas refuser de se rendre à une visite organisée par son employeur. L’employeur demande les convocations au CISTC et les salariés se doivent d’honorer les rendez-vous. Sauf cas exceptionnels : maladie, accident, etc.

 

 

Non, le salarié doit obligatoirement faire partie de l’effectif d’une entreprise adhérente afin de bénéficier d’une visite médicale avec nos professionnels de santé.

Questions fréquentes

Entreprises

Oui. Toute personne embauchée dans l’entreprise doit être signalée au CISTC, quel que soit son contrat, son temps de travail, etc.

L’employeur est tenu de signaler au CISTC tout départ ou nouvelle embauche survenant dans son entreprise en indiquant les dates de sortie ou les dates de départ.

 

Non, le médecin du travail n’assure aucune mission de contrôle en cas d’arrêt. Cependant, un salarié peut le contacter pendant un arrêt si besoin pour demander une visite de pré-reprise (arrêt > 3 mois).
En cas d’arrêt de travail pour maladie, seul le médecin conseil de la CGSS peut intervenir pour contrôler les arrêts maladie des salariés.

ADHÉRER

Vous souhaitez adhérer au SPSTG ?

Le formulaire en ligne du SPST Guyane requiert initialement des informations pour évaluer votre éligibilité à l’adhésion. Ces informations incluent l’adresse de votre lieu de travail, le code NAF, le numéro SIRET, ainsi que le nombre de salariés.